Nouvelle histoire de Galio, Colosse : League of Legends

Nouvelle histoire de Galio, Colosse : League of Legends
La nouvelle histoire de Galio, venant avec sa refonte, est maintenant disponible !

« Derrière moi, Demaciens ! Je suis assez grand pour vous protéger tous. »


Près de la cité étincelante de Demacia, le colosse de pierre Galio monte une garde attentive. Érigé comme un rempart contre les mages ennemis, il reste souvent immobile pendant des décennies, jusqu'à ce que l'apparition de puissants flux magiques le ramène à la vie. Une fois éveillé, Galio profite de chaque seconde d'existence ; il s'enivre des frissons du combat et de l'honneur trop rare de défendre ses compatriotes. Mais ses triomphes ont toujours un arrière-goût amer, car la magie qu'il éradique est également la sève qui le fait vivre, et chaque victoire le renvoie au sommeil.

Galio est né au lendemain des Guerres runiques, lorsque les réfugiés ont commencé à fuir, partout, les ravages de la magie. Certains disent que, dans l'ouest de Valoran, un groupe de personnes déplacées était poursuivi par une bande de mages obscurs. Épuisés par des journées de fuite sans répit, les réfugiés se cachèrent dans l'ombre d'une ancienne forêt pétrifiée. Les sorciers qui les traquaient réalisèrent soudain que leur magie était inefficace dans ces bois étranges.

Les arbres fossilisés semblaient former un écran occulte naturel, et toute sorcellerie utilisée parmi eux se tarissait dès l'incantation. Désormais en mesure de se défendre, les réfugiés dégainèrent leurs armes et chassèrent les mages obscurs de ces terres.

Certains décidèrent que ce sanctuaire contre la magie était un don des dieux, d'autres y virent la récompense de leur éprouvant voyage, mais tous furent d'accord pour dire que ce devait être leur nouveau foyer.

Au fil des années, ils sculptèrent toutes sortes d'objets de protection avec le bois enchanté. Ils finirent par découvrir qu'ils pouvaient le mélanger avec des cendres et de la chaux pour fabriquer de la pétricite, un matériau doté d'une grande résistance à la magie. C'est ainsi qu'ils fondèrent une nouvelle civilisation et qu'ils construisirent les premiers remparts de ce qui allait devenir le royaume de Demacia.

Pendant des années, les barrières de pétricite suffirent aux Demaciens pour se sentir protégés contre la magie. Dans les rares cas où il leur était nécessaire de se battre au-delà de leurs frontières, leur puissance militaire s'avérait considérable. Mais lorsque l'ennemi employait la sorcellerie, l'armée de Demacia manquait d'atouts pour la contrer. Les anciens du royaume conclurent qu'ils avaient besoin de porter jusqu'au cœur du combat la sécurité de leurs murs antimagie. Ils demandèrent au sculpteur Durand de concevoir un bouclier de pétricite pour les soldats et, deux ans après, l'artiste dévoila son chef-d'œuvre. C'était bien différent de ce que la plupart des gens attendaient, mais la grande statue ailée de Galio allait devenir essentielle dans la défense de la nation, tout en symbolisant la puissance de Demacia dans tout Runeterra.

Chaque fois que l'armée était déployée contre une menace magique, Galio était mobilisé. Grâce à des poulies, des plateformes d'acier et des hordes de bœufs, les Demaciens conduisaient la grande silhouette de pierre jusque sur le champ de bataille. La présence d'autant de pétricite annulait presque toutes les attaques arcaniques. Ceux qui avaient autrefois fui la magie avaient désormais la capacité de l'affronter en combat régulier. Beaucoup d'envahisseurs potentiels étaient paralysés à la vue de cette silhouette imposante qui surplombait les arbres devant eux : le titan qui « mangeait la magie » inspirait un royaume et terrifiait ses ennemis. Mais personne ne se demandait ce qu'il finirait par advenir en exposant cette statue à de tels déferlements d'énergie arcanique...

Les étranges effets de ces déchaînements magiques allaient changer le cours de l'histoire. Demacia s'opposait aux forces noxiennes dans un combat féroce au nord de Valoran, au cœur de la Chaîne des Crocs Verts. Les Demaciens ignoraient que Noxus avait assemblé un groupe d'élite de mages guerriers connus sous le nom de Phalange arcanique. Alors que les envahisseurs avaient coincé les Demaciens dans une cuvette, la Phalange arcanique fit pleuvoir sur ses ennemis des éclairs bruts de puissance mystique. Pétrifiés, les Demaciens virent les projectiles déchirer le champ antimagique de Galio.

Pendant treize jours, l'armée de Demacia fut bombardée et ceux qui survivaient sentaient leur foi dans la victoire s'effondrer d'heure en heure. Ils avaient pratiquement perdu tout espoir quand retentit ce qui leur parut être la déflagration qui allait les anéantir tous. Mais, cette fois, les explosions furent suivies par un son inédit. Un grondement assourdissant fit trembler la vallée, comme si deux montagnes s'éperonnaient l'une l'autre. Voyant une grande ombre les recouvrir, les troupes demaciennes s'attendirent à vivre leurs derniers instants.

« Ne devons-nous pas combattre ? » fit, au-dessus d'eux, une voix retentissante.

Stupéfaits, les Demaciens comprirent que la phrase provenait du colosse de pierre, derrière eux. Galio bougeait et parlait. Gorgé de magie, il avait pris vie.

Les soldats regardèrent le titan, incapables de comprendre ce qu'ils voyaient. Avant qu'ils aient pu réaliser, un autre projectile embrasé dégringola vers le camp demacien dans une trajectoire conçue pour éliminer les derniers survivants. Galio se jeta devant les troupes et, faisant devant eux un bouclier immense, absorba l'attaque.

Galio se tourna vers la source de l'offensive et repéra cinq petits humains sur les pentes de la montagne proche.

« Des mages ennemis ! Venez vous battre ! » hurla le colosse.

Il bondit sur les flancs de la montagne tandis que les Noxiens concentraient leurs efforts en un rayon d'énergie arcanique qui aurait fait fondre n'importe quelle roche de Valoran. Mais, lorsque la magie se dissipa, les mages virent que le titan restait debout, les yeux clos, brillant de teintes chaudes, comme s'il s'abreuvait à la magie qu'on précipitait sur lui. Puis, avec un enthousiasme juvénile, Galio reprit sa progression et alla écraser la Phalange arcanique.

Tandis que le reste des forces noxiennes fuyait, un gigantesque hurlement de victoire monta de la poitrine des Demaciens survivants. Ils avaient hâte de remercier la sentinelle de pétricite qui leur avait sauvé la vie, mais le protecteur sans peur et sans reproche avait cessé de bouger aussi vite qu'il avait pris vie, dans la pose que le sculpteur lui avait donnée sur le piédestal.

De retour chez eux, les soldats survivants racontèrent à qui voulait les entendre le conte étrange du colosse vivant. Mais on ne les écoutait que dans un silence incrédule, comme s'ils avaient perdu la raison. Finalement, ceux qui avaient assisté au prodige finirent par ne plus en parler, craignant qu'on ne les prenne pour des fous. Leur récit devint peu à peu une légende, une allégorie inventée dans les temps anciens pour aider la population à surmonter les moments difficiles.

Personne dans le royaume n'aurait pu suspecter que le colosse continuait à voir ce qui se passait autour de lui. Même immobile, il restait conscient, impatient de revivre les sensations âpres du combat. Écraser les ennemis de ses poings immenses était exaltant, mais être enfermé dans un corps de pierre était une tragédie.

Contraint d'observer en silence, Galio voyait les humains vivre à ses pieds et lui rendre hommage, année après année, comme dans un rêve lointain. Bien qu'il en sût peu sur chacun d'entre eux, il commença à se sentir l'un des leurs. Il était stupéfait de les voir disparaître l'un après l'autre au fil du temps, remplacés par de nouveaux corps qui semblaient vivre de nouvelles vies.

Il se demandait où aller ceux qui disparaissaient. Peut-être les envoyait-on au loin pour les réparer, comme on l'avait fait de Galio au retour de son combat.

Après un combat contre les barbares de Freljord, Galio vit passer de longues colonnes d'hommes qui semblaient transporter jusque dans la ville des sortes de berceaux recouverts d'un drap. Tandis que la procession passait sous lui, l'un des draps fut soulevé par le vent, révélant le visage immobile et pâle d'un jeune soldat. C'était un jeune homme que Galio avait déjà vu et le colosse ne comprenait pas pourquoi quelqu'un d'aussi vigoureux souhaitait se faire transporter dans la ville sur une litière. Galio commença à percevoir la douloureuse réponse à cette question : au contraire de lui, les gens ne pouvaient être repeints ni réparés si facilement. Les humains étaient des créatures fragiles et éphémères et il comprenait mieux que jamais combien sa protection leur était requise. Combattre avait été sa passion, mais son but était désormais de protéger le peuple.

Depuis, Galio n'a été en mesure de se joindre aux combats qu'en de rares occasions, restant parfois des siècles sans bouger. La magie est devenue plus rare dans le monde et la statue ne sort plus de sa torpeur, observant Demacia à travers la brume de son rêve éveillé. Le plus grand espoir de l'immense statue est d'être soumise à une magie si puissante qu'elle ne sera plus contrainte de retourner au sommeil.

Là seulement, Galio pourra remplir sa mission : assurer la protection permanente de Demacia.


Amendair - 2017-03-16 14:29:29

A propos de l'auteur

Soutenez Arcana Gaming grâce aux abonnements

Chaque abonné soutient le travail et l'indépendance de notre rédaction en plus de bénéficier d'avantages exclusifs.
Soutenez Arcana Gaming, devenez membre premium dès aujourd'hui ! JE M'ABONNE !

Commentaires

commentaires propulsés par Disqus