Bilan des LCS édition printemps : League of Legends

Bilan des LCS édition printemps : League of Legends
La saison régulière du segment de printemps des LCS est parvenue à son terme, qu'en retenir ?

Nous y sommes. Après deux mois, quatre patchs et neuf semaines de compétition, la saison régulière du segment de printemps des League of Legends Championship Series est parvenue à son terme. Alors, comme le dit la chanson, c’est l’heure de faire « le Bilan, calmement en s'remémorant chaque instant ».
 
De part et d’autre de l’Atlantique, six équipes se préparent pour les play-offs, trois pour le tournoi de relégation et une profite de vacances anticipées. Que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord, les LCS cuvée 2016 ont décontenancé beaucoup d’observateurs jusqu’à présent. Les prévisions d’avant saison se sont révélées pour la plupart fausses, mais certaines équipes ont tout de même répondu aux attentes.
 

H2K-GAMING ET CLOUD 9, LES CONFIRMATIONS

Avec sa deuxième place à l’issue de la saison régulière, H2k a confirmé qu’elle fait bien partie des meilleures équipes d’Europe. Pas avare de changements avant le début de la saison, la structure a fait le choix de ne prendre que des vétérans autour de son nouveau carry AD star, Konstantinos « Forg1ven » Tzortziou-Napoleon et ça a payé. Très constante, l’équipe a su jouer sur ses forces tout au long de la saison, sans se perdre en expérimentations hasardeuses. Est-ce à dire qu’elle a stagné ? Non, bien au contraire ! Son entraineur Pr0lly s’est distingué par des choix de drafts intelligents, qui ont permis à ses joueurs de maitriser leurs parties, avec notamment un contrôle constant des débuts de matchs.

En Amérique du Nord, malgré les arrivées encensées par le public et les observateurs de l’ancien jungler de Team Impulse Lee « Rush » Yoon-jae et du support Michael « Bunny FuFuu » Kurylo en provenance de Gravity, le début de saison a été catastrophique pour Cloud 9. Heureusement, le retour comme support de Hai « Hai » Lam, véritable cœur de l’équipe, a permis à cette dernière de retrouver un excellent niveau suffisamment vite pour que la structure termine la saison régulière confortablement installée dans le top 3 des LCS NA. Le leadership de Hai, qui n’est plus à démontrer, a aussi eu pour effet de libérer ses coéquipiers qui jouent à un bien meilleur niveau quand il est présent, en particulier Nicolaj « Jensen » Jensen. On peut tout de même se demander si la dépendance de la structure envers Hai n’est pas problématique à moyen terme.
 

CLG, UNE RECONSTRUCTION PLUS RAPIDE QUE PRÉVUE

Après le départ de Yiliang « Doublelift » Peng et Eugene « Pobelter » Park, beaucoup se sont attendus à un segment de printemps médiocre pour Counter Logic Gaming, le temps que l’équipe se reconstruise. Un podium à la fin de la saison régulière est donc une très bonne nouvelle pour CLG, qui a su trouver son rythme assez rapidement. Choi « Huhi » Jae-hyun remplit son office et tient correctement la voie du milieu. Le carry AD Trevor « Stixxay » Hayes, quant à lui, a démontré qu’il a le potentiel pour devenir l’un des meilleurs à son poste en Amérique du Nord. Après quelques morts concédées dues à un positionnement trop agressif lors de ses premiers matchs, il a su apprendre de ses erreurs. Avec l’aide du support vétéran Zaqueri « Aphromoo » Black, il progresse à chaque affrontement. De bon augure pour la suite.
 

PLACE AUX JEUNES !

S'il y a bien un enseignement à tirer de ce segment des LCS, c'est que les petits nouveaux sont bien décidés à bousculer la hiérarchie établie depuis plusieurs années. En Europe, deux des trois structures les mieux classées à l'issue de la saison régulière viennent d'arriver au plus haut niveau. G2 Esports, l'équipe de Carlos « Ocelote » Rodríguez Santiago s'est qualifiée de justesse pour les LCS lors du dernier tournoi de promotion et, après quelques changements de joueurs, les voilà équipe européenne la mieux classée avant l'après-saison. Pari gagnant pour l'organisation espagnole et pour son toplaner Mateusz « Kikis » Szkudlarek qui avait pris le risque de quitter la jungle des Unicorns of Love pour se lancer dans cette aventure.

 
En troisième place des LCS EU, on retrouve Vitality, structure française qui a remplacé Gambit avant le début de la saison 2016. Entraînés par Kévin « Shaunz » Ghanbarzadeh, le toplaner Lucas « Cabochard » Simon-Meslet et les siens sont peut-être l'équipe européenne qui s'est montrée la plus impressionnante et décisive dans ses victoires. Malheureusement pour la structure, elle s'est parfois montré également décisive dans ses mauvais choix, ce qui lui a coûté quelques défaites évitables. Malgré cela, G2 Esports comme Vitality ont montré qu'il faut compter avec elles. Leur capacité à gagner des séries en BO5 va s'avérer décisive pour la suite de leur jeune histoire.
 
De l'autre côté du monde, c'est également une nouvelle équipe, certes composée de vétérans, qui a fait exploser la scène nord-américaine bien installée. Immortals, ce sont eux, se sont imposés de loin comme la meilleure équipe des LCS NA. Portés par le duo terrible Heo « Huni » Seung-hoon et Kim « Reignover » Yeu-jin, les anciens parias Eugene « Pobelter » Park, Jason « WildTurtle » Tran et Adrian « Adrian » Ma ont tous fait étalage de leur talent. Ils abordent à présent les play-offs en favoris. S'ils ne cèdent pas à l'excès de confiance et qu'ils font preuve d'autant de constance en BO5 qu'au cours de la saison régulière, un nouveau nom devrait très bientôt s'inscrire au palmarès des LCS NA. Pas mal pour une structure qui annonçait pendant la pré-saison vouloir se construire dans la durée et ne pas viser le titre avant un an !
 

LA DÉCEPTION NRG ESPORTS

C'est l'autre nouvelle équipe qui a beaucoup fait parler d'elle avant le début du segment de printemps outre-Atlantique. NRG Esports et son midlaner star Lee « GBM » Chang-seok, venu tout droit de la LCK, devaient faire des étincelles en LCS NA. Difficile d'y croire à l'heure actuelle, puisque NRG Esports n'a jusqu'à présent jamais montré pouvoir prétendre à autre chose qu'une place en play-offs et un statut d'équipe de milieu de tableau. La structure est ambitieuse et a raison de l'être, mais il va falloir mettre les bouchées doubles d'ici à cet été pour se montrer à la hauteur des attentes.
 

OÙ SONT PASSÉS LES DEMI-FINALISTES DES CHAMPIONNATS DU MONDE ?

Certes, Fnatic et Origen sont qualifiés pour l'après-saison en LCS EU. Certes, les deux équipes ont montré par moments des signes de brillance. Mais qu'est-ce qu’on est loin du niveau attendu par les fans ! Les meilleures équipes occidentales de 2015 ont eu des difficultés aussi imprévues que nombreuses depuis le début de la saison 2016. Les Fnatic semblent toujours autant en reconstruction aujourd'hui qu'il y a deux mois et chaque signe de renouveau, comme aux IEM Katowice, semble suivi d'un retour en arrière. Ni Noh « Gamsu » Yeong-jin ni Lee « Spirit » Da-yoon ne se sont montrés réellement décisifs jusqu'à présent, ce qui donne une équipe qui s'avance vers les play-offs sans aucune certitude. Pas de doute, Luis « Deilor » Sevilla Petit a encore du pain sur la planche.
 
La situation est différente et peut être moins grave pour Enrique « xPeke » Cedeño Martínez et les siens, mais force est de constater que l'équipe a souvent semblé manquer de cohésion cette année. Des matchs largement à sa portée ont été perdus sur des erreurs individuelles, malgré tout le talent de Paul « SoaZ » Boyer et consorts. Le retour d'xPeke sur la voie du milieu est-il une solution durable aux problèmes d'Origen ? L'avenir le dira.
 

TEAM SOLOMID, LA SUPER TEAM TOUJOURS EN CHANTIER

Presque chaque joueur de TSM est, sur le papier, un crack à son poste en Amérique du Nord. Kevin « Hauntzer » Yarnell représente, avec le joueur de Team Liquid Samson « Lourlo » Jackson, l'avenir de la voie du haut en NA. Quant à Søren « Bjergsen » Bjerg, Yiliang « Doublelift » Peng et Bora « YellOwStaR » Kim, ils ne sont plus à présenter. Pourtant, force est de constater que cette collection de diamants peine à former la couronne indestructible attendue par les fans. Il n'est pas aisé d'évaluer clairement quel est le problème actuel de TSM, mais espérons que les entraîneurs et managers de la structure y parviennent rapidement. Pas besoin de s'inquiéter inutilement tout de même, le talent de tous ces joueurs n'a aucune raison d'avoir disparu du jour au lendemain. En conséquence, quand Andy « Reginald » Dinh aura trouvé la clé pour son équipe actuelle, le reste de l'Amérique pourra légitimement se mettre à trembler !
 

LES JOUEURS QUI ONT MARQUÉ LA SAISON RÉGULIÈRE

Au delà du classement, au delà des équipes, certains joueurs ont su se démarquer individuellement depuis deux mois.
 
 
Konstantinos « Forg1ven » Tzortziou-Napoléon est le principal nom à retenir des LCS EU. Par son talent déjà, enfin à la hauteur de sa réputation. Critiqué par le passé pour son incapacité à apprendre de nouveaux champions, pour son manque de constance dans l'engagement au sein d'une équipe, pour l’égoïsme parfois manifeste de son jeu, le carry AD grec a enfin trouvé une équipe dans laquelle il se sent bien et ça se voit pendant et après les matchs ! Ajoutez à ça la menace dramatique d'une obligation de rentrer au pays pour faire l'armée en milieu de saison – danger heureusement temporairement écarté – et vous obtenez la figure la plus emblématique du championnat européen.
 
Huni et Reignover. Impossible de citer un de ces pseudos sans nommer l'autre. C'est dire si les deux compères ont su développer une synergie presque symbiotique. Entre la voie du haut de l'un et la jungle de l'autre, la communication est quasi-parfaite. Et ça fonctionne ! Réunis cette année sous la bannière d'Immortals, ils sont le fer de lance de leur nouvelle équipe. Immédiatement adoptés par le public nord-américain grâce à leur talent et leur joie de vivre communicative, la paire fait cette année encore les beaux jours des LCS.

 

QUI SERA LE CHAMPION ?

Entre confirmations et – très – nombreuses surprises, la saison 2016 des LCS est donc bien partie pour être plus explosive que jamais. Et maintenant, la question qui est sur toutes les lèvres : qui va sortir la tête haute de la terrible épreuve des play-offs ? Qui sera couronné champion en titre des LCS, que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord ? En attendant et pour ne pas vous évanouir d'impatience, n'hésitez pas à revoir vos matchs favoris sur Lolesports et à nous dire en commentaire ce que VOUS avez pensé du segment de printemps des LCS !


Amendair - 2016-03-22 19:00:15

A propos de l'auteur

Soutenez Arcana Gaming grâce aux abonnements

Chaque abonné soutient le travail et l'indépendance de notre rédaction en plus de bénéficier d'avantages exclusifs.
Soutenez Arcana Gaming, devenez membre premium dès aujourd'hui ! JE M'ABONNE !

Commentaires

commentaires propulsés par Disqus