Les chinois d'EDG détrôneront-ils les coréens au MSI ?

Les chinois d'EDG détrôneront-ils les coréens au MSI ?
EDG n'est pas une équipe facile à prendre en défaut. Le segment de printemps de la LPL 2015 lui a donné l'occasion de jouer de nombreuses parties avec une grande variété de champions.

Choix et bans : les guerriers d'EDG (Source)

EDG n'est pas une équipe facile à prendre en défaut. Le segment de printemps de la LPL 2015 lui a donné l'occasion de jouer de nombreuses parties avec une grande variété de champions. Et malheureusement pour les équipes face à elle lors des phases de choix et bannissement, elle a réussi à s'en sortir haut la main dans la plupart des cas.

Privilégiant les combats d'équipes de fin de partie, EDG est une équipe qui n'a pas peur de prendre du retard en début de partie car ses joueurs sont des guerriers qui savent tracer leur voie jusqu'à la victoire. Avec son assassin incroyable sur la voie du milieu, son carry super doué sur la voie du bas, un toplaner polyvalent, un tank costaud dans la jungle et un support agressif pour les catapulter dans l'action, EDG est particulièrement redoutable lorsque s'achève la phase de laning.

Pour les vaincre, la solution semble toute trouvée : les battre le plus tôt possible. Mais concrétiser cette stratégie est extrêmement difficile, car même en menant la vie dure à EDG en début de partie, ses joueurs trouvent le plus souvent le moyen de revenir en force.

Faites-moi roi

Les mots sont entrés dans la légende. « EDG a besoin de moi. » Et c'est non sans rappeler l'exploit de Michael Jordan grippé que Won-Seok « Pawn » Hue a réussi à surmonter ses terribles douleurs lombaires, qui l'avaient pourtant conduit à l'hôpital, pour venir au Hongkou Indoor Stadium de Shanghai et décimer la Team WE avec Kassadin, emmenant ainsi son équipe en demi-finale de la LPL. C'était l'un des moments les plus impressionnants de sa carrière, quand bien même il avait déjà remporté un championnat du monde.

En tant que midlaner parmi les plus talentueux du monde, Pawn est sans doute la plus grande menace posée par EDG. Son mental d'acier, la qualité de ses mécaniques de jeu et le nombre absolument énorme de champions qu'il maîtrise font qu'il s'adapte à toutes les situations. Imaginez : il a joué 19 champions au fil de la saison régulière et a réussi à gagner avec chacun d'eux. Sans compter qu'il a été invaincu avec 15 d'entre eux, le plus marquant restant son magnifique 6-0 avec Kassadin. Ce joueur est une bête féroce.
 

Il est donc impossible de choisir des bans qui l'indisposent vraiment. Il est à l'aise avec tellement de champions que des double ou triple bans ne suffisent pas à le perturber. Les équipes doivent de préférence bannir les champions qui contrent leur propre style de jeu, et non chercher à l'empêcher de jouer avec ses champions habituels. Forcément, beaucoup cherchent à lui enlever Kassadin, car il a été son grand atout pendant la plus grande partie de la saison de la LPL, mais les bans à l'encontre de Pawn ont toujours été d'une efficacité discutable.

Il est difficile de le contenir, même en le ciblant en tout début de partie. Par exemple, regardez la 5e manche de la finale de la LPL, pendant laquelle le Twisted Fate de Pawn était harcelé par les LGD dès le début de la partie. Les choses s'annonçaient mal pour EDG, mais grâce à Destinée de Twisted Fate, il a réussi des actions décisives qui ont forcé les combats d'équipes et permis aux siens de revenir dans le jeu. Cette 5e manche était l'illustration parfaite des possibilités d'EDG, et Pawn est la clé d'un tel succès.

L'art du positionnement

Et puis il y a Deft. L'autre super carry (et l'autre recrue coréenne) d'EDG, qui est considéré depuis longtemps comme l'un des carrys AD les plus doués en termes de mécaniques de jeu. Il a pourtant connu des difficultés sur la scène internationale. Maintenant qu'il a rejoint EDG, il va pouvoir essayer de battre quelques-unes des meilleures équipes du monde au MSI.
 

Ce qui est possible s'il peut jouer avec ses carrys préférés. Et le pire, c'est que ce ne sera pas difficile pour lui, car il maîtrise de nombreux champions. Pas autant que son midlaner, mais il a empoché la victoire avec chacun des 11 champions avec lesquels il a joué sur la Faille. Durant ce segment, il a joué le plus souvent avec Corki, son record personnel avec lui étant de 10-2. Habitué à compenser les difficultés de l'Artilleur téméraire en fin de partie à l'aide d'une Lame du roi déchu en guise d'objet secondaire, il a réussi à décrocher la victoire à force d'attaques automatiques pendant toute la durée du segment.

En ce qui nous concerne, nous pensons que les équipes adverses doivent surtout se méfier de lui quand il joue Jinx et Sivir, car c'est avec cette dernière notamment qu'il a réussi un quintuplé lors de la 5e manche de la finale de la LPL. Son sens du positionnement avec ces deux champions a été quasi irréprochable pendant tous les play-offs, tout particulièrement avec Sivir. Il est passé maître dans l'art d'utiliser En chasse pour attaquer l'ennemi et se mettre en sécurité lors des combats d'équipes. Si les assassins de Pawn laissent quiconque en vie, Deft n'est jamais loin pour faire le ménage.

À la manière de Pawn, il est presque impossible de forcer Deft à jouer avec un champion qu'il ne maîtrise pas bien. Bien sûr, bannir Sivir reste prioritaire, car elle est redoutable dans toutes les mains et car elle permet à EDG de mettre en œuvre ses combats d'équipes infaillibles. Elle est excellente dès qu'il s'agit de trouver des avantages en arrivant par l'arrière ; pour une équipe comme EDG qui adore renverser la tendance au moment où les combats à 5 contre 5 commencent, il est évident qu'ils ont tout intérêt à la choisir.

Toujours plus prometteur

EDG a aussi pour avantage d'avoir un support qui n'hésite pas à se mouiller, Tian « Meiko » Ye. La synergie entre les deux joueurs pouvait sembler un peu faible en début de saison, mais dès qu'ils ont commencé à associer leurs styles de jeu, ils sont rapidement devenus l'un des duos les plus redoutés de Chine.

Lorsqu'il prend les commandes d'Annie et de Tibbers, il adore capitaliser sur les actions audacieuses de Deft pour balancer son ours sur le plus d'ennemis possible et laisser les deux carrys principaux s'occuper du reste. Il était tellement bon avec Annie lors de la saison régulière (il a réussi un 12-1 avec elle) que les équipes adverses l'ont bannie dans onze des treize parties de play-offs jouées par EDG. Bien qu'il soit très bon avec l'Enfant des ténèbres, il serait sans doute préférable de réfléchir à des bans qui affectent toute l'équipe, car il est toujours nécessaire de limiter au maximum le potentiel d'EDG en combat d'équipes.
Il a aussi souvent eu droit à des bans de Thresh, tant Peine capitale et Fauchage tombent presque toujours à point nommé avec lui. Si ces deux-là ne sont pas disponibles, il s'en remet souvent à Janna, et même s'il la maîtrise très bien, il n'arrive pas à avoir le même impact qu'avec ses deux favoris. Il est bien meilleur pour surprendre les adversaires mal placés lors des combats d'équipes que pour sauver la vie de ses coéquipiers.

Sa principale faiblesse est, à l'image du reste de son équipe, à chercher du côté du début de partie. Ceux qui veulent tirer leur épingle du jeu à ce moment-là peuvent bannir Annie puis choisir des brutes pour martyriser leurs adversaires sur la voie du bas. Une équipe ayant pris suffisamment d'avance n'aura donc pas à redouter la terrifiante coordination des EDG en fin de partie.

Et en haut de la Faille...

La meta Titan cendré a été plutôt bénéfique à Koro1 et ClearLove, mais pas pour les mêmes raisons.


ClearLove adore jouer avec des tanks costauds et gêneurs. Pendant les play-offs de la LPL, il n'a joué qu'avec quatre champions : Nunu quatre fois, Rek'Sai quatre fois aussi, Sejuani trois fois et Gragas deux fois. Des champions tanky par excellence et qui adorent bloquer plein d'ennemis en même temps. Il est excellent dès qu'il s'agit de foncer dans les lignes ennemies et de faire comprendre aux carrys adverses qu'ils n'ont pas intérêt à approcher.

Son style de jeu privilégié n'aide pas tellement à compenser les faiblesses d'EDG en début de partie. Il adore farmer jusqu'à devenir une bête impossible à tuer, laissant ses partenaires se débrouiller sur leurs voies. Cela peut poser certains problèmes, car un retard trop conséquent peut mettre en danger leurs fameux combats d'équipes plus tard dans le jeu. Malgré tout, les équipes adverses bannissent souvent Rek'Sai contre lui, car en s'évitant la menace de la Traqueuse du Néant en début de partie, elles peuvent essayer de creuser un tel écart avec les EDG que ceux-ci auront beaucoup de mal à faire un retour gagnant.

Plus au nord encore, Koro1 a pour habitude de prendre Hecarim ou Shyvana sur la voie du haut, équipés de Titan cendré bien sûr. Il est devenu plutôt fort dans les 1 contre 2, car il est capable de farmer autant que nécessaire et de se téléporter au combat pour tuer et aider à tuer des ennemis. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Hecarim a été banni à plusieurs reprises pendant les play-offs. Sans la menace posée par Doux foyer et Téléportation, les EDG se trouvent un peu plus fragilisés encore lors du début de partie.

Mais même si on lui enlève Hecarim, il se trouve qu'il fait partie des meilleurs joueurs de Gnar au monde. Bien que le petit yordle ne soit pas un choix très populaire actuellement, Koro1 reste clairement capable de faire peur à ses adversaires quand il le joue. Ses ultimes sont totalement fous et ses Téléportations lui permettent de prendre ses adversaires par surprise en arrivant dans leur dos. Il est toujours dangereux quand il joue avec Gnar, un détail que les autres concurrents devront garder à l'esprit lors du MSI.

 


Amendair - 2015-05-06 18:05:19

A propos de l'auteur

Soutenez Arcana Gaming grâce aux abonnements

Chaque abonné soutient le travail et l'indépendance de notre rédaction en plus de bénéficier d'avantages exclusifs.
Soutenez Arcana Gaming, devenez membre premium dès aujourd'hui ! JE M'ABONNE !

Commentaires

commentaires propulsés par Disqus