Premier bilan de la nouvelle équipe Fnatic

Premier bilan de la nouvelle équipe Fnatic
Après ces premières semaines de compétitions au LCs, Riot revient sur Fnatic, équipe emblématique de l'Europe, ayant récemment quasi complétement changé sa composition cet hiver !

Fnatic : la renaissance d’une équipe (Source)

INTRODUCTION

Parmi nos dix équipes composant les LCS EU de cette saison, celle sur qui planait le plus de doutes était certainement Fnatic.

Depuis le départ de Rekkles dans le courant du mois de novembre, cette équipe doyenne des LCS n'a cessé de s'amenuiser jusqu'au point ou il ne resta qu’un joueur, Bora "YellOwStaR" Kim, présent depuis les débuts de l'équipe. Le compte à rebours des LCS étant lancé, l'inquiétude des fans et de la communauté s’est fait ressentir à travers de nombreux posts : qu'adviendrait-t-il de cette équipe phare de la compétition et quelles étaient ses chances de rebondir ?

À l'annonce du nouveau roster début janvier, la communauté fut, pour la majorité, heureuse d'accueillir de nouveaux talents dans cette prestigieuse structure. Malgré le fait que la plupart d'entre eux n'avaient pas de réelles expériences sur la scène compétitive de haut niveau, leurs compétences ainsi que leur motivation avaient été suffisantes pour conquérir le cœur de l'organisation ainsi que celui des spectateurs.
 

Un début de saison remarquable


Ainsi, l'ouverture de la saison se fit lors d'un match épique opposant le nouveau capitaine de l'équipe à son ancien allié, Rekkles. Les pronostics annoncaient Fnatic perdant avec seulement 29.97% des votes en sa faveur. YellOwStaR et Rekkles ayant travaillés ensemble, une difficulté majeure s’imposa quant aux informations que les deux joueurs possédaient sur leurs façons de jouer respectives. Cependant, ces nouveaux Fnatic se montrèrent redoutables, notamment le Coréen Reignover qui fit preuve d'un sang-froid incroyable et impressionna la communauté avec son Rengar, mais aussi le Hollandais Febiven, brillant avec aisance sur son Xerath contre un Froggen désemparé.

L'ensemble de l'équipe, au sommet, parvint à écraser l'ancienne Alliance sans difficulté après trente-cinq minutes de jeu.
 

À l'issue de cette première partie, des questions surgirent quant à ce nouveau style de jeu très différent de celui que l'on connaissait à Fnatic. Les membres de l'équipe ayant eu peu de temps pour s'entraîner ensemble avant le début du split, quelles surprises nous réservaient-ils de semaine en semaine ?

Un schéma similaire s'en suivit le lendemain lors de leur rencontre contre H2k qu'ils parviennent à battre 21 kills à 6. C'est notamment grâce à un warding exceptionnel rythmé par de très belles rotations de map que YellOwStaR affiche sa puissance, permettant à son équipe de progresser sans difficulté tout le long de la partie.

Le Support et shotcaller français afficha donc un KDA impressionnant de 8.76 à la fin de cette première semaine, l'équipe annonçait alors un avenir très prometteur pour le reste de la saison.
 

Les semaines suivantes, Fnatic fit preuve un niveau tout aussi remarquable, notamment durant la semaine deux à l’issue de laquelle l’équipe remporta ses deux matchs ( le premier contre Gambit qui était largement en dessous du niveau, l’autre contre Roccat qui, à ce moment là, était aussi en difficulté). En revanche, c’est lors de leur rencontre contre les Unicorns of Love la semaine d’après que l’équipe exposa ses faiblesses. Quelques erreurs de communications apparurent et Fnatic montra alors que ses joueurs se connaissent encore peu et que l’équipe est encore assez fragile. Mais contrairement à l’équipe que nous connaissions l’an dernier (avec laquelle les séries de défaite pouvaient durer plusieurs semaines comme au Spring split de la saison 4) Fnatic ne s’est pas laissé abattre et les joueurs ressortirent vainqueurs de cette troisième semaine après une victoire écrasante contre les Giants.

Cette semaine, l’équipe a déroulé un jeu similaire, écrasant les Meet Your Makers (une équipe qui depuis le début de la compétition est en grande difficulté) durant le match du jeudi, mais perdant leur second match contre les Copenhagen Wolves. En dépit cette défaite, l’équipe à réussi à se maintenir tout au long de la partie (malgré un Soren au sommet avec sa Cassiopeia et Freeze imbattable sur son Graves) ils affichent ainsi un score admirable en fin de partie, tentant coûte que coûte de récupérer la vision nécessaire dans leur jungle. Néanmoins le dernier teamfight leur aura été fatal. Ainsi Fnatic se positionne aujourd’hui en deuxième place avec 6 parties gagnées pour 2 défaites.

Une question se pose alors concernant le passé de ces nouveaux joueurs. Comment la structure a pu trouver tant de nouveaux talents en si peu de temps et comment se justifie cette efficacité en jeu ?
 

A la découverte de nouveaux joueurs

Si ces nouveaux joueurs, pour la plupart inconnus de la scène, ont impressionné le public, c'était un pari risqué de la part de YellOwStaR qui a choisi son Carry AD sur ses performances en file solo. Sans revenir sur la sélection du reste de l'équipe qu'il a très bien expliqué à plusieurs reprises, Steelback, le deuxième français de l'équipe a été repéré grâce à ses compétences individuelles. On s'inquiète souvent de la place du classement solo dans la vie d'un joueur professionnel, et même si c'est un critère indéniable de connaissance du jeu, la cohésion et le mode de réflexion en équipe sont des réflexes à apprendre. Avec un passé dans la compétition amateur, Steelback a pu rapidement s'adapter au jeu de ses coéquipiers.
 

Néanmoins, un élément important fait partie intégrante de cette nouvelle équipe Fnatic : la langue. En effet, avec une Botlane purement française, le duo Toplaner et Jungler s'exprimant en coréen, et Febiven étant hollandais, la multiplicité des langues est évidente au sein de l'équipe.
Ces éventuels soucis de communication étaient d'ailleurs la principale crainte du Support français, mais contre toute attente, tout s'est très bien déroulé. S'il est plus simple d'utiliser l'anglais pour une compréhension globale en combat d'équipe, les actions instinctives de la Botlane se font parfois en français et il en va de même pour le duo coréen sur la Toplane (Huni ne parlant pas très bien anglais, lui et Reignover utilisent leur langue natale pour ce qui est de leur communication interne).

Comme l'explique YellOwStaR, l'entraînement de cette nouvelle équipe a débuté très tardivement (deux semaines avant le début des LCS). Un risque a été pris par la structure quant à la sélection de joueurs coréens qui auraient pu rencontrer des difficultés à obtenir un visa :

YellOwStaR à propos de Huni :
Nous avons décidé de recruter des joueurs coréens et nous étions conscients d'un possible risque de problème de visa, mais nous avons été chanceux de ce côté-là, surtout pour Huni qui est mineur encore (17 ans).
D’autre part, cette année les coachs prennent une importance plus grande que les années précédentes, mais cet entraînement d'urgence avant le début de la compétition a été mené sans l'aide de Louis "Deilor" Sevilla qui n'est arrivé que plus tard. Malgré la hâte et le peu d'expérience collective, les résultats étaient très prometteurs. Bora explique d'ailleurs qu'il ne s'attendait pas forcément à une telle entente, car venant d'horizons très différents, la cohésion en jeu devait être travaillée :
A ma grande surprise, pour une nouvelle équipe, nous nous sommes améliorés très rapidement et n'avons pas vraiment rencontré de problèmes de communication qui était d'ailleurs ma plus grande crainte. On peut donc qualifier cette synergie d'innée, même si dans un sens je savais que les joueurs choisis avaient un énorme potentiel.

Le mélange des styles

Avec l'arrivée des deux joueurs coréens, il est indéniable que le style de jeu de Fnatic n'a pu qu'évoluer. Que ce soit par rapport à leurs choix de champions ou à leur attitude en jeu, une dynamique a du s' installer entre les joueurs pour parfaire leur style d'équipe et progresser ensemble. Comme l'expliquait le capitaine d'équipe, une partie pleine d'action et dans laquelle les joueurs cherchent à créer ladite action est bien plus intéressante et agréable à regarder et c'est vers ce style qu'il a cherché à s'orienter avec cette nouvelle équipe.

Les mécaniques de jeu coréennes sont plus agressives et cette particularité a été travaillée et mise à l'honneur par Huni et Reignover, rendant parfois l'équipe imprévisible, ils ont agréablement surpris les spectateurs lors de leur partie contre les Giants notamment vendredi dernier. En effet, l'ancienne équipe avait pour principal défaut d'être inconstante durant certaines parties, mais après leur défaite contre les Unicorns of Love le 5 janvier, ils ont totalement contre-attaqué et confirment donc leur deuxième place à l'issue de cette troisième semaine du Spring Split, derrière SK Gaming qu’ils affronteront la semaine prochaine !

Nous pouvons aisément constater que la force de cette nouvelle line-up réside dans les rotations initiées par Bora, ainsi que les timings de regroupement de l'ensemble de l'équipe.
 

En ce qui concerne les champions sélectionnés par l'équipe, si les actions de Reignover et l'aisance avec laquelle il brille sur ses champions sont un facteur déterminant dans le jeu de Fnatic, son pool de champions reste pour le moment réduit (dans ce qu'il nous a été permis de voir tout du moins) et la puissance de son Rengar (80% de victoires sur le champion) pourrait très vite lui être contrée durant les prochaines phases de bans.

L'invité analyste de la semaine dernière, Amazing (jungler pour Origen), a d'ailleurs complimenté Reignover sur ses capacités de Jungler :
Tu n'arrêtes pas de créer des actions à chaque coin de la carte et ces combats d'équipe sont simplement les plus beaux que j'ai vu dans les LCS EU cette saison.
C'est d'ailleurs lors de cette analyse d'après-match que le joueur nous a fait part d'une de ses grandes qualités. Certains joueurs peuvent facilement se décourager et laisser l'ascendant psychologique prendre le dessus si jamais leur début de partie s'est mal passé, que le match-up soit favorable ou non. Laissant l'équipe adverse les étouffer peu à peu et prendre le contrôle.
Cette attitude que Reignover (ainsi que la plupart des joueurs coréens) ne semble pas adopter est donc une force majeure pour le joueur et le reste de son équipe : pendant le match contre les Giants, la phase early de la partie a été compliquée pour lui mais ayant confiance et connaissant parfaitement son champion, il ne s'est pas laissé intimider et a lentement repris le contrôle, finissant donc ce match avec des statistiques presque parfaites et des dégâts monstrueux. C'est l'une des grandes différences entre l'ancienne équipe Fnatic et la line-up que nous connaissons aujourd'hui; Avec une équipe aussi motivée, cette inconstance que pouvaient avoir certains joueurs l'an dernier ne sera pas un critère de défaite avec ces nouveaux compétiteurs qui ne réfléchissent pas de la même manière. Les forces de Huni et Reignover ont été importées au style de Fnatic et c'est autour de ce même style que le reste de l'équipe a adapté son niveau de jeu.
 

YellOwStar à propos de cette nouvelle équipe :
Le sérieux, la motivation et la détermination de ces joueurs encore inconnus au bataillon ont permis de construire une base solide, mais il est encore tôt pour confirmer quoique ce soit, nous avons encore beaucoup de travail à effectuer pour grandement nous améliorer.

Ainsi, considérant le résultat que cette équipe a fourni après bientôt un mois ensemble, l'avenir de Fnatic est très prometteur et nous avons hâte de voir cette progression de semaine en semaine.


Amendair - 2015-02-17 11:16:55

A propos de l'auteur

Soutenez Arcana Gaming grâce aux abonnements

Chaque abonné soutient le travail et l'indépendance de notre rédaction en plus de bénéficier d'avantages exclusifs.
Soutenez Arcana Gaming, devenez membre premium dès aujourd'hui ! JE M'ABONNE !

Commentaires

commentaires propulsés par Disqus